David Roads au Hellfest 2008

- Bonjour David, « Dave » !
Hey comment ça va ?

- Ca va et toi, content d’être là ?
Ouais vraiment content d’être ici !
On a eu une superbe journée jusqu’à maintenant, on était à la bourre ce matin, on a vraiment roulé comme des tarés, on est arrivés 40 minutes avant de jouer. Mais on a fait un bon concert je pense !
- Oui c’était réussi !

- J’étais à Paris pour votre concert au Virgin des Champs Elysées, c’était un grand moment, vous aviez l’air super contents, c’était la première fois que vous veniez à Paris nan ?
Ah ouais t’étais là bas ? Super ! Effectivement c’était la première fois !
C’est dommage qu’on n’ait pas eu le temps de visiter, ça semblait vraiment chouette du bus !
Il y a beaucoup d’immeubles historiques… J’aimerais vraiment passer plus de temps là bas pour tout voir correctement.

- Donc vous n’avez pas du tout visité de monuments ?
Nan, nan je pense que quand on reviendra en décembre, on demandera au tourneur s’il est assez sympa, de nous filer un jour de repos là-bas, pour en profiter ! (rires)

- J’ai entendu votre interview radio (France Inter, « sous les étoiles exactement »), où vous disiez avoir vu au moins la Tour Eiffel de nuit !
Ah la Tour Eiffel !! Malheureusement c’est Joel et Ryan qui ont fait l’émission, moi j’étais resté dans le bus avec le reste de l’équipe.
- Pas trop jaloux ?
La prochaine fois, j’aurai ma revanche !! (rires)

- A vos concerts on sent toujours une grosse énergie sur scène, quelle est votre drogue ?

Notre drogue ? (rires) je ne sais pas trop, on a un peu bu avant le concert, histoire de calmer les nerfs, se mettre en condition. Mais ce matin on ne sait pas trop d’où ça vient, car on s’est levé, 40 minutes après, on était sur scène. Des fois, t’es juste en train de te dépêcher et la magie arrive, je pense. Mais je ne me suis pas vraiment posé la question !
Mais je suis sûr qu’on serait prêt pour n’importe quel concert, n’importe quel jour.

- Vous aimez boire ! De la bière, du whisky, etc. mais avez-vous testé le vin français ?
Oh oui mais je ne me rappelle plus du nom…
La fois où on était à Paris, on est allé dans un magasin qui vendait de l’alcool, et le bassiste a acheté du vin rouge, je ne me souviens plus du nom mais c’était vraiment bon !
- « Not cheap ? » (en référence à la chanson « cheap wine et cheaper women »)
(rires) non non, 15 $ je crois... ça va.

- Connaissez vous un groupe français ?
Peut être mais je n’arriverai pas à le prononcer !

- Est-ce que vous allez voir d’autres groupes pendant le festival ?
Je ne pense pas qu’on ait le temps d’en voir, on va reprendre la route très rapidement car notre emploi du temps est très serré.
- Vous allez où ensuite ?
Je pense qu’on va en Hollande, mais faudrait demander à mon tour manager le nom exact. (rires).

- Vous êtes en tournée jusqu’en décembre ? Vous ne rentrerez pas chez vous avant ?

On va effectivement tourner jusqu’à l’année prochaine.
On va faire pendant 3 mois le Mayhem Festival aux Usa, on ira en novembre au Royaume Uni, on passera bien sûr par la France et aussi l’Allemagne où on tournera avec le groupe Die Toten Hosen. Qui a une bonne réputation en Allemagne je crois.
- Oui tout à fait, c’est un vieux groupe mais qui est très populaire là bas.
Mais l’Allemagne a de très bons groupes, comme Kreator ! Je pense que ça va être cool de jouer là bas.

- Mais vous avez déjà joué avec de super groupes !
Oui les Rolling Stones, Mötley Crüe, ça fait un petit moment déjà, mais l’année dernière on a fait une tournée avec Motörhead et Rose Tattoo lors de leur tournée australienne. C’était génial !! C’est super de tourner avec deux groupes avec lesquels tu as grandi.
C’est une grosse influence pour le groupe, on était très contents de les voir en vrai, d’apprendre en les voyant monter sur scène chaque soir. Qu’est ce que Lemmy donne sur scène !!

- Et d’ailleurs vous avez fait un clip avec lui !
Oui tout a fait ! On était en pleine tournée, il regardait ce qu’on faisait et notre manageuse lui a demandé s’il voulait participer, il a répondu : « ouais je serais ravi de faire ça pour eux ! »
Et donc il est venu à L.A., il était super cool. Juste avant de commencer le tournage, il nous a invité dans sa limousine, on a commencé à boire du Jack Daniels avec lui, à écouter du ZZtop, et il nous a raconté plein d’histoires sur Motörhead, c’était un super moment !
C’est un mec vraiment cool, très Rock N Roll.
- Oui c’est une vraie légende !
Je pense que Lemmy ne s’arrêtera jamais, il a toujours été comme ça.

- Avez-vous déjà commencé à écrire quelques chansons pour le prochain album ?
Oui, on a déjà commencé à bosser sur ce second album, on écrit toujours pour le prochain album quand on est en tournée, entre deux concerts. On a quelques riffs qu’on met en commun avec le groupe, et on les enregistre pour pouvoir les réécouter plus tard.
On a beaucoup d’idées et quand viendra la pré production pour l’album, on les reprendra plus précisément. Et on verra avec le producteur comment on peut travailler. Je pense que c’est la meilleure façon de faire pour un groupe de Rock quand tu es sur la route. On n’a pas envie de ne pas avoir d’idées en arrivant au studio, ni de passer trop de temps à faire un nouvel album. Vu comme le public s’impatiente, on veut leur donner un nouvel album puis repartir en tournée, parce que c’est vraiment ce que le public souhaite.

- On peut noter une grosse différence entre « Ready to Rock » et « Runnin’ Wild » au niveau de la voix...
Oh oui ! il faut dire que « Ready to Rock » était juste un ep fait il y a très longtemps, on n’avait pas un sou en poche, on n’avait pas de label, ni de manageur, on habitait encore en campagne, et on utilisait tout notre argent pour faire des concerts.
Alors on est allés à Melbourne dans un studio pour enregistrer « Ready to Rock ».
C’était le premier support plus ou moins officiel du groupe, et on l’a fait avant tout pour nous mêmes. Depuis on a pas mal grandi, on a appris beaucoup de choses. Quand on a travaillé sur le premier album avec un producteur, on a vu les choses en plus grand. Mais il y a toujours des morceaux de « Ready to Rock » qu’on pourrait reprendre et réenregistrer pour le deuxième album, qui fonctionneraient bien.

- En ce qui concerne le passage à la Spiderman est ce bien préparé, au niveau de la sécurité etc. ?
(Quand Joel escalade la scène sur « Girls in Black »)
(rires) Non, mais il le fait très fréquemment sur scène, on a l’habitude maintenant, tout peut arriver en festival.

Après bien des mésaventures, pour trouver un musicien australien à peu près sobre, je suis très contente d’avoir eu Dave, qui a bien voulu se prêter au jeu des interviews de façon décontractée.
 

Interview réalisé par Koa, merci à elle ! - www.ecclipse.net


Retour à la liste des articles/interviews

Facebook AF

Page Facebook
Officielle du site !