02/12/2008 - Trabendo, Paris, France

Review de Nicolas Pillet

Trabendo décembre 2008. Airbourne à l’affiche, et j’ai la possibilité d’assister aux balances dans l’après midi. A peine rentré dans la salle, je constate le mur de Marshall qui trône fièrement sur la scène. Le groupe n’est pas encore arrivé, et les road finissent d’installer les derniers éléments et de changer les cordes de guitares de nos chers Boys.
Un petit mec vient de rentrer dans la salle pull à capuche Motörhead et petite mine. C’est Joel. On a du mal à croire que c’est le front man excité du groupe, tant il parait fatigué, et surtout très timide. Les autres membres arrivent peu après, direction les loges.

Airbourne et Nicolas Pillet au Trabendo à ParisQuelques temps après Joel arrive sur scène, et commence à jammer un peu tout seul. On reconnait le riff de Rock’N’Roll Train, le dernier AC/DC, ainsi que Rock’N’Roll Ain’t Noise Pollution du même groupe.
Pas de balances très longues, juste le temps d’un rapide line check. Les Boys ne joueront d’ailleurs, de mémoire, aucune chanson entière du set à venir. Ils en profiteront plutôt pour travailler, à ma grande surprise, un nouveau morceau. Je me régale. Ca sonne très AC/DC, mais qu’est ce que c’est bon !

Après cela, le groupe est convoqué par un photographe sur place pour prendre quelques clichés sur des flight-case, ainsi que individuellement. C’est assez surprenant de voir le jeu d’acteur de Joel qui très fatigué et très timide depuis son entrée, n’hésite pas à prendre la pose pour les photos, en se transformant en démon du Rock’N’Roll, bras en l’air, et yeux de fou furieux. Puis dès que le photographe recharge son appareil photo il redevient ce petit gars timide, fatigué, un peu courbé, qui casse la croute avec un jambon-beurre et une bière.

Après cette séance de photo, au cours de laquelle, j’ai l’occasion de poser avec eux, j’en profite pour briser la glace avec Justin (qui n’a que deux ans de plus que moi ! Il est agé de 22 ans, c’est le plus jeune) et David. Etant moi-même guitariste, nous parlons matos, guitares, ampli, comment le groupe est né, mais je dois avouer que leur accent australien ne me faisait comprendre que 30% de la conversation … Et ils ne sont pas du genre à s’appliquer pour parler. Ceci dit, j’ai la chance de pouvoir avoir un médiator ! Je n’ai pas eu l’occasion de parler aux deux frangins, mais je garde néanmoins un très très bon souvenir de cette journée, et également du concert qui a suivi, où j’étais au premier rang avec les oreilles qui saignaient ! Je n’ai rarement vu le Trabendo aussi plein, et je crois que les Boys le méritent bien !

Rock’N’Roll Resistance comme dirait Joel !

Merci à Nico pour sa review

 

Review de Bonsang

AIRBOURNE : Concert énorme ! Ambiance de folie mais trop court !

La petite salle du Trabendo est pleine : concert complet !

Le public est un panache de hardos des années ’80 en blousons perfecto râpés et de hardos nouvelle génération dont certains venus en T-shirt par ce froid glacial de décembre. Dès les premiers accords, le public, immédiatement conquis, a su que le concert allait être très rock ‘n’ roll !

Sur scène, un mur d’amplis composé de 3 doubles stacks Marshall de chaque coté de la batterie. 3 micros chant et le logo du groupe. Avec tout ça, des lights et de la fumée et vous avez le décor de la soirée !

Les morceaux de leur unique album "Runnin' Wild" s’enchaînent à un bon rythme. Le rendu sonore est bon avec une bonne base rythmique basse – batterie bien calée au fond du temps et des guitares bien tranchantes. Le mariage Marshall / Gibson est du plus bel effet. Le show est carré.

Torse nu, Joel O Keeffe, leader et guitariste chanteur charismatique du groupe donne le tempo. Il ne tient pas en place. Il n’arrête pas de faire des allées et venues de part et d’autre de la scène, les seuls moments de répit sont quand il doit chanter devant son micro et encore !

Il change souvent de guitares, passant d’Explorer à des SG, accordage oblige ! Il se fait plaisir en traversant la salle du Trabendo tel un Angus sur Let There Be rock au Pavillon de Paris en 1979 !

Ce zébulon, aux allures rappelant celles de Bon Scott affublé d’une guitare, a une drôle de façon de se rafraichir et de se désaltérer. Outre le vin bu au goulot, il ouvre ses canettes de bière en les frappant plusieurs fois sur le crâne, boit quelques gorgées et les distribue au public, allant même jusqu’à trinquer avec certains d’entre eux !

Accompagné du bassiste et du 2ème guitariste, AIRBOURNE fait participer le public en le faisant chanter la moitié des refrains de la set-list. La scène est trop petite pour les 3 guitaristes, en perpétuels mouvements, scandant des "Rock’n’ Roll Resistance" à tout-va ! Quelle énergie ! Pas une seconde de répit ! Les compos sont toutes bâties sur le même principe : riff d’intro, couplets, refrains, break, solo, refrains en chœurs avec le public et fin. Si simple mais tellement efficace, ce groupe est taillé pour le live.

Dommage que l’heure de jeu soit si vite passée ! Ils auraient pu jouer encore autant pour le plaisir de tous. Ça fait plaisir de voir des mecs qui ont la hargne de jouer en live et l’envie de mouiller leurs chemises.

Ne rater pas leur prochaine venue, qui se fera surement dans une plus grande salle, en espérant qu’ils ne perdent pas en spontanéité et gardent cet esprit "rentre-dedans".

Rock ‘n’ Roll Resistance !!!!

Merci à Bonsang pour sa review

 

 


Retour à la liste des concerts

Infos sur les médias pour ce concert :
Sur chaque détail d'un concert vous pouvez apercevoir les icones en haut (les 2 premiers), cela signifie lorsque ceux ci sont actifs que des vidéos et/ou des enregistrements audio existent, il peut s'agir d'enregistrement amateur ou pro.

Si vous désirez plus d'infos sur ces enregistrements, contactez-nous !

Facebook AF

Page Facebook
Officielle du site !